Blagues.org : Police

 


23 - Deux policiers font une ronde a Brooklyn, quand ils remarquent une forme entre deux poubelles :
- T'as vu, c'est un black !
- Eh, mais il est mort !
- Regarde, il a au moins 30 marques de coup de couteau dans le dos !
- Oh la la, c'est le suicide le plus horrible que j'aie jamais vu !



44 - C'est deux gamins qui sont assis sur le trottoir, derrière un chariot en bois attaché à leur chien. Un gardien de la paix qui passait par là vient vers eux et leur dit:
- Dites donc jeunes gens, vous savez que vous ne pouvez pas attacher votre chien à ce chariot, c'est de la cruauté.
Puis le policier regarde le chien d'un peu plus près et remarque qu'un morceau de ficelle a été attaché autour des testicules du chien, et que l'autre bout de la ficelle est tenu par un des deux jeunes garçons.
- Mais ce n'est pas vrai ! Vous ne pouvez pas attacher les testicules de votre chien à de la ficelle, ce n'est pas humain!
Alors un des deux garçons dit à son l'autre :
- C'est quoi des testicules ?
Et l'autre répond : - Je ne sais pas. Je pense qu'il parle du levier de vitesse !



105 - Cinq francais dans une Audi Quattro arrivent à la frontière franco-belge. Le douanier belge les arrête et leur dit : - Vous n'avez pas le droit de rouler à 5 dans une Quattro...
- Mais non, Quattro, c'est le type du véhicule. Regardez les papiers ! Cette voiture peut transporter 5 personnes, répond le chauffeur.
- Arrêtez de me prendre pour un idiot. Quattro ça veut dire quatre. Descendez du véhicule...
Furieux le conducteur descend de voiture et lance : - Vous êtes trop bête. Appelez-moi votre supérieur !
- Ah non, il ne peut pas venir... Il est occupé avec les deux types dans la Uno !



224 - Quelle est la différence entre un paquet de lessive et un commissariat de police ?
Dans la lessive, il y a des agents actifs.



447 - Un camionneur va tranquillement sur la route dans son camion et tout à coup il distingue au loin un homme vêtu de rouge des pieds à la tete.
Le camionneur s'approche rapidement et le gars ne s'écarte pas. Il fait clignoter ses phares mais rien, le gars ne bouge pas. Alors le camionneur appuie à fond sur les freins et arrive à s'arrêter à à peine un mètre du gars. Il descend du camion et l'homme en rouge lui dit
- Je suis l'homosexuel rouge, aurais-tu quelque chose à manger
Le camionneur étonné le regarde et lui dit
- Mais !? T'es malade ou quoi ? Tu ne vois pas que j'ai failli t'écraser?
Le camionneur remonte sur son camion et poursuit sa route. Tout à coup, il distingue de nouveau au loin un gars complètement vêtu de blanc et aussi debout en plein milieu de la route. Il fait de nouveau clignoter ses phares et le gars ne bouge toujours pas. Le camionneur freine de nouveau brusquement, descend du camion et un homme en blanc lui dit
- Je suis le gay en blanc, aurais-tu quelque chose à boire ?
Le camionneur lui dit :
- Mais ! Saleté de tarlouze ! Tu n'as pas vu que j'ai failli t'écraser?? T'es vraiment malade ou quoi ??? Enlève-toi de la
Le camionneur une fois de plus remonte dans son camion et poursuit son chemin, lorsqu'au loin il distinge un autre
homme, cette fois en bleu. Il refait clignoter les phares mais rien, il ne s'écarte pas, il freine de nouveau comme
un malade, s'arrête à un demi mètre du gars descend du camion très vexé et lui dit :
- Alors enculé de tapette bleue de merde ! Qu'est-ce que tu veux ?
Et le gars lui répond :
- Pour commencer, le permis de conduire et les papiers du véhicule.



448 - C'est une prostituée qui est toujours parvenue à ce que sa grand-mère n'en sache rien. Un jour, la police fait une descente anti-racolage, et la fille aboutit au poste.
Les policiers font aligner toutes les filles dans l'attente d'un relevé de leur identité, lorsque la grand-mère fait irruption dans le commissariat. La grand-mère voit sa petite-fille qui fait la queue en compagnie des autres, et elle lui demande:
- Alors ma petite-fille, qu'est-ce que tu fais ici? Pourquoi fais-tu la queue?
Pour garder le secret, la fille lui répond:
- C'est parce qu'on nous distribue des oranges gratuitement mamie!
Alors la grand-mère se dit qu'elle aussi va faire la queue pour avoir des oranges gratuites. Finalement, lorsque toutes les filles ont donné leur identité et sont passées devant le policier, vient le tour de la grand-mère. Le policier lui demande:
- Ben dites-donc grand-mère, vous êtes rudement vieille pour ça, comment vous faîtes?
Et mémé répond:
- Oh c'est facile: J'enlève mon dentier et je les suces à fond!



449 - Un belge vient passer ses vacances chez un ami qui habite en France. Celui-ci vient l'attendre à son arrivée à Roissy dans sa Mercedes flambant neuve. Le belge prend place dans la voiture, très impressionné. Au bout de quelques kilomètres, il ne peut s'empêcher de demander à son ami à quoi sert l'étoile qui se trouve au bout du capot (c'était un belge d'une partie très très reculée des Ardennes...).
"C'est simple, lui dit le français, l'étoile, c'est un viseur. Quand je vois un policier, je vise, j'accélère, et je l'écrase."
Le belge paraissant incrédule, le français lui dit un peu plus loin:"Tiens, en voila justement un. Je vais te montrer.
" Aussitôt, le français fait mine de viser l'agent, et il accélére.
Au dernier moment, il évite le policier. Soudain, il entend un bruit sourd et un cri. Il tourne la tête vers le belge qui s'exclame...
"M'enfin, c'est fou ce que tu es maladroit, si je n'avais pas ouvert la portière, tu le ratais!"



450 - Deux ivrognes déambulent dans les rues de Paris. Soudain, l'un d'eux aperçoit un agent de police.
- Pardon, Monsieur... hips... l'agent. Le 72 est déjà passé ?
- A cette heure-ci, il n'y a plus de bus, voyons ! répond sèchement le policier. Allez, circulez !
- Et le 86, il est passé ?
- Je vous dis qu'il n'y a plus de bus !
- Il est passé, alors ?
- oui ! le 86 est passé ! et le 72 aussi !
- Et le 27 ?
- Le 27 aussi ! et le 12, et le 32 ! Je vous dis de circuler ! Il n'y a plus de bus !!
Alors l'ivrogne se tourne vers son copain : - Viens mon pote. On peut traverser.



451 - Betisiers des rapports de police :
- Dans ce conflit, le rôle des forces de l'ordure a été déterminant...
- C'est alors que le suspect a eu l'audace de s'endormir pendant que nous l'interrogions.
- Interrogé par nos soins, l'homme a alors menacé de nous répondre si on continuait à l'interroger...
- L'homme sortit de son pantalon un engin avec lequel il frappa violemment l'inspecteur à la bouche.
- Le garçon de café était une femme...
- L'homme nous raconta toute la vérité qui n'était qu'un tissu de mensonges.
- L'homme a refusé de reconnaître qu'il nous avait menti en affirmant qu'il était mort.
- Le prévenu a attendu d'avoir fini son repas pour commencer une grève de la faim.
- L'homme attendait l'autobus d'un oeil suspect...
- Les trois africains soupçonnés d'avoir trempé dans l'affaire ont tous été blanchis par l'enquête qui a suivi.
- Face à face avec son adversaire, l'homme le prit en traître par derrière...
- Le suspect nous a alors mencés en fronçant les sourcils...
- Le cadavre de l'homme qui nous a été présenté correspondait bien à la description de la femme qui avait été vue par les différents témoins.
- L'homme avait tenté de forcer toutes les issues de la femme sans parvenir à s'y introduire
- Seule l'autopsie pourra dire si l'homme est encore vivant...
- Non seulement la mère n'est pas morte comme le prétendent ses enfants, mais il a même été prouvé qu'elle est en vie
- La femme resta ouverte jusqu'à l'arrivée de son mari...
- Son alibi ayant pu être vérifié, nous avons été obligé de constater que le suspect ne pouvait être présent à l'heure dite sur les lieux du vol qu'il avait commis
- L'homme s'est pendu après s'être tranché la gorge
- Dès que l'homme fut abattu, nous avons pu procéder à son interrogatoire
- Il est probable que la suicidée a été lâchement assassinée
- Le défunt confirma que son meurtrier avait bien agi seul
- Malgré son mariage et ses quatre enfants, l'homme vivait comme un veuf éploré...
- Grièvement blessé, la vitrine s'effondra en morceaux...
- La mer était sa terre natale...
- Le trio des voleurs était composé de quatre hommes d'origine africaine...
- Le suspect étant sans domicile fixe, les policiers purent le cueillir quand il sortit enfin de chez lui
- L'homme qui avait dérobé les miches s'en prit ensuite à celles de la boulangère...
- La femme a vraisemblablement été étranglée par son assassin...
- L'assassinat avait donc bien le crime pour seule et unique raison
- On ignore les raisons qui ont poussé le désespéré à se faire assassiner...
- Après avoir déjà enfilé deux sens interdits, l'homme s'en est pris à la conductrice...
- Le défunt a formellement reconnu son agresseur
- Cinq des trois suspects ont été relachés...
- La femme ayant été décapitée, il nous a été impossible jusqu'à présent de mettre un nom sur son visage
- Aucun dégat n'est à déplorer à l'exception de la seule et unique victime
- Selon ses dires, l'homme est mort vers 16h30
- L'homme a déposé sa plainte sur le bureau avant de s'envoler devant nos yeux qui n'ont rien compris
- Le choc fut sans gravité même s'il fallut déplorer deux morts...
- Seuls quelques dégâts matériels furent notés sur le cadavre...
- Le policier put frapper son agresseur à la tête sans difficulté, son arme étant parfaitement réglementaire
- L'homme ne semblait pas avoir prévu son meurtre avec préméditation...
- Un violent coup sur la tête semblait indiquer une mort naturelle...
- Après identification, le corps fut rendu à sa famille dont personne n'a pu retrouver la trace.
- J'ai entendu un coup de feu et j'ai vu un type qui sortait comme une balle...



462 - Le pape arrive à Roissy, et une limousine est mise à sa disposition. Or, peut-être ne le saviez-vous pas, le pape est un FAN de bagnoles. Il supplie le chauffeur de prendre le volant. Le chauffeur , après de longues hésitations, finit par accepter. Il se met à l'arrière et le pape prend le volant. Le pape démarre, emprunte le périph et commence à pousser un peu la caisse histoire de voir ce qu'elle a dans le moteur. A ce moment-là il est flashé et une moto de la gendarmerie fait arrêter la limousine. La vitre teintée se baisse, et le gendarme aperçoit le pape. Le gendarme, livide, prend son talkie-walkie : - Allo brigadier chef ?
- Oui je vous entend.
- A fortiori, nous venons d'arrêter quelqu'un de très important pour excès de vitesse.
- Ah bon ? Le préfet ?
- Non monsieur. Plus important.
- ???? Un ministre ?
- Non monsieur. Plus important.
- ???? Enfin... Le président de la république ???
- Non Monsieur. Plus important.
- ???? Ne me dites pas que c'est Bill Clinton !!
- Non Monsieur. Plus important.
- Enfin ce n'est pas possible !!! Dites-moi enfin de qui il s'agit !!
Et le gendarme d'ajouter :
- Ecoutez , je ne sais pas, mais il a le pape comme chauffeur.



696 - Ce sont 2 blondes qui veulent entrer dans la police, elles passent un examen avec un commissaire.
Une première vient avec dans son bureau.
Le commissaire dit, en lui montrant une photo:
-Comment reconnaitrez vous ce suspect dans la rue?
-C'est facile, il a qu'un oeil et qu'une oreille.
-Madame, il est de profil.
Elle sort et l'autre rentre, le commissaire lui demande la même chose que l'autre.
elle répond: c'est simple , il a des lentilles de contact.
-Comment vous savez ça?
-Il ne peut pas avoir de lunettes, il a qu'un oeil et qu'une oreille.